Vagues

 

Des vagues par milliers

S'en vont et puis s'en viennent

Tout au long des semaines

Sur le sable mouillé.

 

Un vol de goélands

Surveille les eaux brunes

Pour quelques poissons-lunes

Arrachés au courant.

 

Dans la brume nacrée

Des nymphes océanes

Apparaissent diaphanes

Au loin sur les rochers.

 

Et moi les yeux fermés

Je rêve sur la plage

De fabuleux rivages

Que nul n'atteint jamais.

 

Et les vagues s'en vont

Et les vagues s'en viennent,

Comme joies, comme peines,

Saison après saison.

 

Des gerbes d'océan

Explosent et jaillissent

En grands feux d'artifices

Dans le soleil couchant.

 

Et me voici dauphin

Plongeant avec délice

Vers de troublants abysses

Où l'homme est libre enfin.

 

Planent au vent salé

Des parfums de lagune

Qui enivrent la dune

d'un flot d'éternité.

 

Et les vagues sans fin

S'en vont et puis s'en viennent

Et quoi qu'il nous advienne,

Jusqu'au dernier matin.

 

Roberte Godelle-Caron

Sortie

Yvette Nico