Mon chêne

De ma fenêtre, je vois mon chêne ;

Il est fort et majestueux.

De tous les arbres de mon domaine,

C’est celui que j’aime le mieux.

Son ombrage nous cache du soleil,

Avec ses grandes feuilles découpées,

On dirait de la dentelle,

Tant elles sont ciselées.

Des arbres, il est le dernier,

À perdre ses feuilles en automne ;

Il veut prolonger l’été,

Pour l’amour qu’on lui donne !…

 

Terry. 1985

mise en page Yvette De France